Mawlamyine, Sud Est de Birmanie

Toutes choses ayant une fin, nous arrivons au bout de notre visa Birman. Pour finir, nous avons trouvé notre coup de cœur de la Birmanie : les régions de l’état Môn et de l’état Karen, au Sud-Est.

Dix jours pour découvrir la ville portuaire de Mawlamyine, les paysages karstiques de Hpa-An et la péninsule de Dawei, c’était trop court, on serait bien restés plus longtemps dans ce petit coin de paradis !

2R0A56952R0A56822R0A56732R0A56682R0A56612R0A56402R0A5598DSCF32632R0A56712R0A56702R0A56512R0A5743 

Pourtant, l’escale à Mawlamyine avait plutôt mal commencé. Après une nuit à se tortiller pliés en quatre les genoux sous le menton sur un siège de bus au format asiatique, on débarque à 5h du matin à la station de bus. On n’avait même pas sorti une seule jambe endolorie du bus que déjà la mafia des taxis donnait l’assaut. Tout le monde crie, s’agite et finalement on ne sait plus qui est le plus énervé, eux contre nous ?, nous contre eux ?, eux entre eux ? Bref on en pioche un dans la mêlée et il nous largue énergiquement devant la Breeze guesthouse. Recommandée dans le Lonely, un repaire de routard. Si ça c’est une guesthouse, j’aime mieux pas voir les prisons Birmanes, et peut-être même je préfère finir ma nuit sur le siège du bus pliée en origami.

Cependant à quelque chose malheur est bon. Nous avons rencontré à Breeze guesthouse Fabrice et Caroline, un couple de belges avec lesquels nous avons poursuivi avec plaisir nos aventures dans le Sud de la Birmanie. Nos routes se sont aussi entrecroisées avec une bande d’autres backpackers fort sympathiques. Plus on est de fous plus on rit et nous avons bien rit !

Heureusement quand le soleil se lève on découvre avec plaisir une charmante ville. Mawlamyine (pour plus de confort à la lecture du texte, je vous suggère la prononciation «  Moulmein ») est une ancien port de la colonie Britannique, comme en témoignent les bâtiments dans le pur style colonial Britannique, bien qu’ils soient assez délabrés. En se promenant dans les rues grouillantes d’activité on imagine assez bien l’ambiance d’autrefois, les déchargements de bateaux les allers et venues des commerçants, les déballages de marchandises dans le marché. Finalement, on se dit que ca n’a peut être pas tant changé que ca, un parfum de mélancolie flotte au dessus de la ville ! La colline des pagodes est une bonne occasion pour prendre un peu de hauteur sur toute cette activité. Le coucher de soleil y est particulièrement spectaculaire puisque depuis la terrasses des pagodes et des monastères on peu admirer la vue sur la ville et le fleuve ou se reflète le soleil.

Les environs de Mawlamyine sont aussi pleins de belles découvertes. On part à moto en direction des fameux Bouddhas couchés de Win Sein. Le projet est complètement extravagant. Le premier Bouddha couché, terminé il y a peine quelques années, mesure 180 m de long et tombe déjà en ruine. On peu se balader à l’intérieur de Bouddha et traverser une succession de salles qui ont déjà l’air d’antiquités où des figurines grandeur nature retracent la vie de Siddartha puis de Bouddha et rappellent aux croyants ce qui les attends si ils se comportent mal. On ressort de là avec des envies vertueuses ! Le genre d’endroit ou il faut absolument emmener ses enfants pour passer des vacances tranquilles… Le deuxième Bouddha est actuellement en construction. La tête immense émerge peu à peu de la montagne grâce à une chaine humaine de volontaires dont beaucoup de femmes d’un âge avancé qui se transmettent des seaux de matériaux. Il faut bien reconnaître que l’endroit en impose.

Ce jour là on a voulu grimper en haut d’un rocher escarpé coiffé d’ une stupa, le Kyauktalon Taung, et essayer d’avoir une belle vue sur les alentours. Au pied de la montagne on croise un militaire qui nous invite pour le déjeuner. Comme il est prudent de ne pas dire non à un militaire (surtout depuis que l’on sait ce que l’enfer réserve aux désobéissants), on le suit. Nous voilà donc assis par terre dans une grande salle entourés de 5 femmes et quelques hommes. Difficile de savoir dans quel genre de droit on est mais une fois de plus la générosité, les sourires et les rires sont au rendez vous. Une nonne nous ventile avec un éventail et peu à peu la table se couvre de mets tous plus ou moins suspects les uns que les autres. Le fameux cadeau embarrassant et le non moins fameux traditionnel « buffet Birman » souvent parfumé au poisson séché … Dans le lot on tombe quand même sur un bon curry de poulet qui nous permet de nous en sortir plutôt dignement.

Autre belle découverte des environs de Mawlamyine, le monastère Pa’Uk. Une grande communauté de moines et de « méditant » habitent dans une immense forêt, paisible, loin de l’agitation de la ville. La vie y est régie par de nombreux codes de conduite mais chacun peut venir y passer un séjour de méditation, c’est d’ailleurs le cas de nombreux backpackers. Au bout de la forêt, la salle de méditation. On y accède par un grand escalier, dans le plus grand silence. L’ambiance est incroyable. A l’étage inférieur les novices et les débutants méditent sous leurs cloches en moustiquaire. Ils sont immobiles, durant des heures, assis sur des tapis de mousse. Si cet étage transporte déjà dans un autre monde, que dire du niveau supérieur ? A l’étage, les experts. Tous moines. Dans une grande salle en parquet rien ne bouge. Les visages immobiles, les paupières fermées, on pourrait penser qu’ils tentent de rejoindre un autre monde et pourtant, non, tous se reconnectent à leur corps et à l’instant présent. Chacun peut méditer, certains moines ont l’air de souris de monastères, d’autres ont les épaules musclées et couvertes de tatouages. Même Xavier-jean s’est fait attraper et a bénéficié d’une séance de méditation guidée par un moine. Au bout de quelques minutes il ne tenait plus la position. Je suis rassurée, ce n’est pas demain qu’il entre au monastère !

 

 

6 réponses à “Mawlamyine, Sud Est de Birmanie

  1. Non, non revenez nous et ne vous laissez pas séduire par le monastère !!
    les photos sont toujours aussi belles et les commentaires nous entrainent avec vous sur les routes des pays parcourus. Comment ferons nous pour rêver quand vous serez revenus au pays ?
    On vous embrasse

    J'aime

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s