Le grand voyage de Papa

Y aller seul ou pas ? Mais Céline comptait tellement qu’on les rejoigne, elle et Xavier-Jean, que je me suis « sacrifié », avec l’autorisation, à la demande même de Marion. Et me voici donc le mercredi 13 janvier au soir à l’aéroport de Kuta devant une douanière indifférente :

 

  • Vous restez combien de jours ?
  • Neuf.

Et bam, un coup de tampon !

 

Premier taxi. Très bonne organisation de la profession locale et première sueur aussi : 150 000 roupies pour les 5 kilomètres qui me séparent de l’hôtel de Xavier-Jean (XJ) et Céline. Pourtant dans le guide, ils parlaient de 75000. Ca serait pas mieux d’y aller à pied ?

 

Ils vont bien ! Je confirme qu’ils ont changé de TGV. Maintenant c’est la vitesse Très Grandes Vacances … On ne se lève plus, on se réveille … et le reste de la journée est à l’avenant ! Sur l’une des photos vous voyez XJ à la renverse dans la piscine (Céline n’a pas voulu que je vous la montre « faisant » la planche). En fait ils font rien. Ils m’ont dit qu’ils lisaient, mais bon …

 

Revenons au taxi. Certes, cent cinquante mille roupies, ça ne fait que 10 Euros, mais zut, c’est 5 que je devais payer pour la course, pas 10 !

Mais pour cela, il faut marchander ! Et là je peux vous dire que Céline et XJ sont deux vraies terreurs ! Céline commence par présenter le cahier des charges, en bon anglais, impossible de biaiser ! Il s’en suit une proposition. XJ indique alors que c’est « a little expansive ». Et il est vraiment très dur le Zazou, car il sait exactement à quel niveau il faut renvoyer la balle. Trop haut, le marchandage fait pschiiit. Trop bas, la transaction achoppe car ni l’acheteur ni le vendeur ne veulent perdre la face.

 

Bali, c’est le royaume des scooters. Le scooter emporte tout et tout le monde, sans limite d’âge, de nombre, de volume et en tous cas sans préjugé. J’ai vu des familles entières avec le père, la mère et les enfants, des nourrissons au balcon derrière le guidon et surtout des chargements invraisemblables avec des roulettes additionnelles ou bien encore des transports de pochettes d’eau avec leur poisson rouge. C’est qu’il y a beaucoup de temples à Bali et beaucoup de bassins à peupler tout autour.

 

Et qui dit temple dit souvent marchands du temple … mais pas toujours. Tout dépend en fait du nombre de cars à touristes qui stationnent à l’entrée. Nous avons donc cherché des temples sans touristes qui veulent bien nous ouvrir quand même leurs portes. Le temple hindouiste de Bakitaru est une merveille, avec des pavillons tout simples dispersés dans un grand parc dont le jardinier a manifestement fait un stage au paradis.

 

A Bali, les habitants ne cessent de déposer des petites offrandes de fleur partout où ils peuvent, le long des chemins, à l’entrée des maisons ou dans la rue. Cérémonial simplifié à l’extrême, c’est l’intention qui compte et la petite méditation devant l’offrande. Au sommet du mont Batur que nous avons rejoint au moment du lever du soleil, nous avons ainsi trouvé un petit enclos délimité avec quatre bambous pour protéger les fleurs ou les friandises apportées par quelque grimpeur de passage.

 

Et pas longtemps après le lever du soleil, un vieux singe a surgi pour chiper son dû. Près d’Ubud il y a une forêt sacrée qui accueille des singes chapardeurs. Mais ceux du mont Batur suffisaient à notre curiosité. Et nous sommes donc partis pour Munduk où une épatante ballade à scooter nous a fait goûter d’abord la fraîcheur de l’altitude puis la chaleur pesante d’un bord de mer, il faut bien le dire un peu triste …

 

Pas seulement à cause des déchets de toute sortes qui parsèment la plage de sable noir. A l’aide du guide, Céline a entamé une petite conversation avec une famille installée tout au bord de la plage entre quelques parpaings de ciment. Les deux enfants et leurs parents étaient contents de nous voir passer devant chez eux. Et nous de profiter de leur sourire dénué d’acrimonie. Après nous sommes remontés sur les scooters, pour rentrer à l’hôtel.

 

Malgré la mousson en cours, Bali nous a fait grâce de la pluie jusqu’à aujourd’hui. Nous avons donc beaucoup de chance avec cette première semaine. Mais pas seulement avec le temps. Car les habitants de Bali donnent leur sourire facilement. Ce lundi, les écoliers que nous croisions dans leur petite tenue, rouge et blanche comme le drapeau de l’Indonésie, nous disaient souvent bonjour sur notre passage.

 

Je repense aussi à ce plat pris sur une marche, juste à coté de la marchande ambulante qui nous a servi sa préparation dans une petite corbeille de bois. Nous nous sommes régalés, on se sentait bien. En partant, un petit garçon de trois ou quatre ans nous lance un hello joyeux. C’est ça Bali !

20160115_130854-2.jpg

5 réponses à “Le grand voyage de Papa

  1. Philippe, profite au maximum de ton séjour et rapporte nous plein de photos. Pendant ce temps, avec Marion et Nadine, nous retombons en enfance en allant voir le film « Mon maître d’école  » plutôt un documentaire mélancolique mais joyeux sur la dernière année de classe d’un enseignant en primaire d’une classe unique d’un petit village pas très loin de chez nous.
    Évidemment, Bali c’est plus dépaysant !
    Bises à tous les 3

    J'aime

  2. merci Philippe de ce partage fait avec beaucoup d’humour …
    tu vas devenir un « grand négociateur  » avec cette formation accélérée en Indonésie….auprès de formateurs émérites .
    Il y a 25 ans , les balinais nous offraient déjà une hospitalité formidable , souriante et nourricière ..je me souviens d’un mariage ou l’on nous avait invité . Un super souvenir.
    Engrange des souvenirs ..c’est formidable de partager cela avec les enfants .
    des bises à tous
    Josiane ( en direct de Nantes ou le temps est gris gris gris ..)

    J'aime

  3. Pingback: Carnet de route en Indonésie – Céline et Xavier-Jean à l'envers·

  4. Pingback: L’Indonésie en quelques photos… – Céline et Xavier-Jean à l'envers·

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s