3 Janvier, jour de pluie

Pour commencer l’année la météo Néo Zélandaise nous gâte. Pluie, brouillard, vents glacés … et il paraît que c’est l’été ! Nous sommes donc reclus dans nos 5m3 de van pour tenter de survivre aux hostilités du monde extérieur en attendant une météo plus clémente pour gravir les sommets alentours.

Photo :

Qui veut aller se promener ? …

Comme quoi le danger ne vient pas toujours de là où on croit.

Nous avons survécu aux crocodiles Australiens grâce à cette magnifique technique de fuite :


Nous avons aussi survécu aux requins Australiens. Hélas les images ne sont pas disponibles puisque de ma main libre je faisais désespérément le signe du requin pour donner l’alerte (je vous laisse imaginer : vous êtes là, dans l’eau, un requin à quelques mètres et vous faites gentiment ce signe tout à fait ridicule alors que vous avez juste envie de hurler SHAAAAAARRRRKKKKK en agitant les bras en tout sens ….). C’est sur que ca limite les chances de survie … !!!! 😉

 De l’autre main je tenais fermement la frite flottante rose avec laquelle j’envisageai déjà d’assomer l’animal. L’instinct de survie …

Et puis il n’y a pas de photos de moi avec le requin parce que n’ayant pas de passeport Chinois je ne peux pas acheter de perche à selfie.

 

Bon, le vrai ennemi en fait, il vient des airs. En Australie nous avions par exemple traversé un soir un nuage d’insectes. Vu le bruit j’ai cru qu’on passait dans une averse, j’ai donc actionné les essuie-glace et nous nous sommes retrouvés avec un pare brise totalement opacifié par une purée d’insectes. Nous voilà donc dans la nuit noire à tenter de récurer notre pare brise à l’eau minérale. Ca a l’air de rien mais c’est embarrassant.

D’ailleurs il arrive parfois la même chose à mes cheveux quand Xavier Jean décide d’y assassiner un papillon de nuit. C’est beaucoup moins drôle que sur le pare brise !

Il y aussi les mouettes hargneuses qui viennent voler les tartines du petit déjeuner, les canards qui mangent les tongs …

Mais parmi tous ces nuisibles, le pire de tous ne mesure que 2 malheureux petits mm. Ridicule ! Bon alors me direz vous si ce n’est pas la taille ca doit être la quantité. Et bien même pas ! Même si la quantité est parfois au rendez vous, il peut suffire d’une piqure de cette fameuse SANDFLY pour vous faire passer plusieurs nuits blanches (enfin certaines plus que d’autres …)

Vous aurez peut être remarqué au cours de ce récit que la vie sauvage semble s’en prendre plus à la fille qu’au garçon.

Mais celui ci aussi vit de façon périlleuse. La photographie est un art (ou un sport ?) parfois dangereux. Jugez donc :

 (Là c’est plus pour le van que c’était dangereux)

 (Là il a réussi à faire l’homme statue pendant 30 sec (c’était une pause longue mais courte en fait !))

 (Là il aurait pu choir !)

 

Aujourd’hui est donc une journée pluvieuse mais on se console à l’abri des menaces volantes dans notre van ! Le stock de chocolat descend aussi vite que le stock de livres!

Et puis comme c’est le premier post de 2016 : BONNE ANNEE  depuis les routes Neo-Zelandaises!

 

4 réponses à “3 Janvier, jour de pluie

  1. Bonne année à vous aussi depuis la France; que 2016 soit douce pour vous et plein de petits bonheurs mais je vois que déjà pour 2015 de ce côté là c’était pas mal !!
    Bravo encore pour les photos et surtout les commentaires que nous suivons comme un feuilleton chaque fois que Céline les poste . On en redemande. Tu devrais en rentrant écrire un livre, tu es douée.
    Bises nouvelles à vous 2
    Idelette

    J'aime

  2. Moi aussi, j’en redemande des photos, des récits. Pour nous, c’est une bonne nouvelle qu’il ne fasse pas très beau: vous allez avoir un plus de temps pour nous raconter vos aventures. Profitez bien de tout ça, cela sera plus compliqué dans quelques années. Et profitez de Philippe dans quelques jours, nous nous occuperons de Marion. Vous verrez que ce sont des souvenirs qui restent; je me souviens encore du requin que j’ai croisé dans le lagon de Bora-Bora il y a 34 ans…
    Et bien sûr une bonne année à vous deux.
    Je vous embrasse.
    Jacques

    J'aime

  3. Avec toutes ces histoires de requin, de crocodile, de canards affamés, de mouettes voleuses, de papillons et d’insectes à faire regretter les sauterelles, je me dis : mais pourquoi aller là-bas, mais pourquoi ? Alors qu’on est si bien ici au bord de la méditerranée ! La reponse réside je pense parmi ces montagnes et dans un sourire partagé. Vive 2016 !

    J'aime

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s